• Deakos

Definition brève- Vulvodynie

La vulvodynie est une pathologie multifactorielle de laquelle on pale encore trop peu puisqu’elle, encore aujourd’hui, difficile à diagnostiquer. Dans la plupart des cas elle intéresse le vestibule vaginal, on parle donc de vestibulite vulvaire ou vestibulodynie, bien que dans de rares cas elle peut intéresser l’orifice vaginal et sera alors une vestibulite de l’orifice. Quand elle concerne la vulve elle est caractérisée par des symptômes hétérogènes comme : douleur, brulure, gêne, sécheresse, sensation de piqure d’aiguille qui peuvent interférer significativement avec la qualité de vie de la femme. En cas de vulvodynie le diagnostic ne révèle aucune lésion physique reconnaissable à part la rougeur et le gonflement du vestibule et une sensation de piqure d’aiguille au passage d’un coton tige sur une zone vulvaire particulière. Lors du diagnostic, complexe, souvent effectué par le médecin par exclusion, sont considérés les facteurs biologiques et psychologiques, tout comme le ressenti profond de la femme, souvent négligé par les spécialistes peu attentifs. Il sera également fondamental d’avoir une attention particulière sur les facteurs prédiposants, précipitants et de maintien pour garantir une bonne qualité de vie, sans avoir recours, lorsqu’elles ne sont pas nécessaires, à des thérapies pharmacologiques prolongées délétères et inutiles. A ce propos, on peut suggérer les anti-inflammatoires naturels, à base de quercétine, et les décontractants de la musculature pelvienne, à base de magnésium citrate. Vue l’augmentation de la fréquence des épisodes infectieux de l’appareil uro-génital, des cycles de prise de compléments alimentaires à base de D-mannose: lactoferrine, tabebuia avellanedae, associés à des souches probiotiques adaptées peuvent se révéler très utiles pour prévenir ou faire face à des infections bactériennes ou fongiques récidivantes. L’application locale d’un lubrifiant à base de D-mannose et acide hyaluronique, associé à des exercices de relâchement, peut représenter une aide substantielle pour réduire la rigidité musculaire durant les rapports et, par conséquent, la possible survenue d’épisodes infectieux. Dans cette situation, complexe, un suivi spécifique en gynécologie, urologie, neurologie, psycho-sexologie et nutrition représente souvent une clé vers la résolution définitive de la problématique.


5 visualizzazioni