• Deakos

La cystite post-coïtale

La cystite post-coïtale est une problématique multifactorielle.

- Les frottements provoqués par les rapports sexuels, notamment en présence d'une sécheresse vaginale (même modérée), vont causer des microlésions de la muqueuse dans lesquelles les bactéries pathogènes peuvent facilement s'insinuer pour instaurer une infection (vaginose bactérienne souvent asymptomatique).

- L'infection urinaire suite à un rapport sexuel peut advenir selon plusieurs schémas :

1/ Les bactéries pathogènes responsables de cystites sont dotées de flagelles qui leur donnent une certaine mobilité autonome. Cette particularité permet aux bactéries pathogènes présentes dans le milieu vaginal d'atteindre le méat urinaire, donnant lieu à une cystite dite "par remontée".

2/ Les bactéries pathogènes ont également une dimension suffisamment petite pour leur permettre de "migrer" directement du vagin à la vessie en traversant les muqueuses. Ce phénomène est aussi amplifié en présence de sécheresse vaginale ou de dysbiose de la flore de Döderlein (flore physiologique vaginale) suite à une prise antibiotique.

3/ Les bactéries pathogènes peuvent également "migrer" directement des intestins vers la vessie en raison d'une réduction de la distance anatomique séparant ces deux organes.

Dans tous les cas les rapports sexuels constituent un facteur mécanique favorisant la remontée des bactéries du vagin vers l'urètre et la migration bactérienne de la muqueuse vaginale à l'urothélium ou de la muqueuse intestinale à l'urothélium.

Pour lutter contre cela, il est donc recommandé aux femmes sujettes aux cystites post-coïtales d'utiliser une crème vaginale avant chaque rapport sexuel pour lubrifier et hydrater la muqueuse, réduire les frottements et augmenter la vitesse de guérison de la muqueuse vaginale; Il est important que cette crème contienne du D-Mannose, substance naturellement présente dans notre corps, capable d'intervenir au niveau des bactéries pathogènes et d'empêcher leur adhésion sur la paroi du vagin. Ainsi, les bactéries pathogènes ne pourront remonter jusqu'à la vessie.

- L'hygiène intime est aussi un élément fondamental pour lutter contre les cystites post-coïtales. En ce sens, une miction (même en l'absence d'envie) dans la demi-heure suivant chaque rapport est indispensable pour chasser les bactéries qui tenteraient de remonter dans l'urètre vers la vessie. Cette miction devrait être suivie d'une toilette intime avec un soin lavant adapté.

Il nous semble utile de donner quelques précisions sur la façon d'effectuer cette toilette intime :

- se laver les mains

- utiliser un peu de Ausilium pH4 et de l'eau

- ne laver que les parties intimes externes (ne pas laver l'intérieur du vagin)

- rincer très abondamment à l'eau claire

- le lavage comme le rinçage doivent s'effectuer de l'avant vers l'arrière (c'est à dire dans le sens méat urinaire vers anus)

- essuyer par tamponnements avec une serviette propre

- La prise prophylactique de D-Mannose après un rapport sexuel peut jouer un rôle déterminant dans la lutte contre la cystite post-coïtale car, si malgré les mesures précédentes, des bactéries parviennent à atteindre la vessie "par remonté", une prise rapide de D-Mannose va empêcher leur adhésion et favoriser leur élimination avec la miction suivante.

Pour cette raison, Deakos a élaboré D-Mannoro : un sachet de D-Mannoro contient 1 gramme de D-Mannose en formule orosoluble ce qui le rend très pratique à prendre et augmente sa vitesse d'action. En effet, le D-Mannose contenu dans D-Mannoro est assimilé directement au niveau buccal, passe donc beaucoup plus rapidement dans le sang pour arriver à la vessie où il exercera son action.

Dans la mesure où, les bactéries en cause en cas de cystite se reproduisent extrêmement vite (une heure correspond à plusieurs générations) et avec une croissance exponentielle (à chaque génération la charge bactérienne double), D-Mannoro offre une réponse rapide adaptée à la lutte contre les cystites post-coïtales.

- Il nous parait pertinent de préciser que la capacité des germes pathogènes à se déplacer de façon autonome pour rejoindre la vessie après un rapport sexuel a été évaluées lors de différents travaux scientifiques au cours desquels le lien de causalité entre le coït et un épisode de cystite aigu a été établit dans un laps de temps allant jusqu'à 72h après le rapport.

Pour cette raison, au delà de la prise prophylactique de D-Mannoro immédiatement après le rapport, il est vivement recommandé de prolonger la prise de D-Mannose les 3 jours suivants le rapport. De cette manière, vous vous assurez une présence préventive permanente de D-Mannose dans la vessie permettant d'intercepter tous germes rejoignant la vessie au cours de cette période.

- D'autres mesures préventives sont à connaitre : Il est recommandable que les deux partenaires se lavent les mains avant chaque rapport ou préliminaire intime. Attention à soigner particulièrement l'hygiène intermédiaire lors du passage d'un rapport anal à un rapport vaginal (ex: changement de préservatif, toilette intime (des deux partenaires)...). Ce conseil s'applique aussi lors de l'utilisation de jouets ou d'accessoires. L'objectif étant de ne pas favoriser la migration des bactéries intestinales (commensales) vers le vagin (où elles deviennent pathogènes).

- Du fait de cette présence bactérienne dans le milieu vaginale il peut arriver que le partenaire soit également infecté (remontée des bactéries dans l'urètre lors des rapports). Cette infection reste asymptomatique chez lui ce qui explique qu'elle passe inaperçue et peut être présente :

- dans la vessie

- dans l'urètre

- dans la prostate

Dans les deux derniers cas (infection urétrale et prostatique), les bactéries peuvent donc être entrainées à nouveau vers le vagin lors de l'éjaculation (le sperme passant dans l'urètre et à proximité de la prostate). Ceci entraine une ré-infection de la partenaire au niveau vaginale. Les bactéries pourront ensuite aller à l'urètre et remonter à la vessie.

En résumé c'est un cercle vicieux duquel il n'est possible de sortir qu'en traitant simultanément les deux partenaires.


9 visualizzazioni